Créations libres

Cette année, certaines participantes sont venues avec leurs idées, mais la plupart ont choisi de se laisser guider. Le cuisinier dispatche les tâches de chacune (au menu : poulet, poisson, riz arlequin, chou fleur, salade de fruits)

 top départ et répartition des tâches

top départ et répartition des tâches

Tout le monde s’active, il y a de l’ambiance, de la vie, et beaucoup de mouvement !

 

 

 

Les plats:

Le TABOULET DE CHOU-FLEUR :

Tout d’abord, commençons par le plus pénible : le découpage du chou-fleur :

 

explication de la florescence du chou fleur par le chef:

c’est juste la petite partie visible externe du chou fleur, sans la tige (qui se mange aussi mais qu’on n’utilisera pas pour notre recette)

Le blanchiment du chou fleur :

le chou fleur doit être blanchi une fois c’est à dire qu’on le met dans l’eau que l’on porte à ébullition avec du gros sel puis on le passe (à la passoire), puis on le met tout de suite dans l’eau froide. Le blanchiment du chou-fleur le rendra ainsi plus fondant, et plus digeste !

La recette :

Recette du taboulet de chou-fleur

Recette du taboulet de chou-fleur

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les étapes:

Interview du chef (Stéphane) qui a bien voulu donner de son temps de pause (bien que beaucoup sollicité par tout le monde), pour répondre aux questions, sous le soleil éclatant du début du mois de mai  :

Quelle est la recette du bar en croûte de sel, et quels sont les astuces et erreurs à éviter pour réussir son poisson ?

Le BAR EN CROUTE DE SEL :

ingrédients pour cuisiner 3 poissons:

3 « beaux » bars (petite blague du chef…)

pour la croûte de sel: 1kg de farine, 800 g de gros sel, 4 œufs, et un peu d’eau.

La pâte en croûte de sel doit avoir la consistance d’une pâte à tarte. Elle ne doit pas être trop sèche ni trop liquide, sinon c’est compliqué à manipuler…

Le poisson doit être emballé HERMETIQUEMENT (car cuisson à l’ETOUFFEE!)

la thermosonde filaire (coûte environ 8 euros en supermarché) doit être installée le long de l’arête du poisson. (pour obtenir la température «à coeur »)

la température va augmenter progressivement.

En fait pour cette recette, comme l’explique Stéphane, il n’y a pas de temps prédéfini de cuisson, mais c’est la température (T°C) de cuisson qui est importante.

On retire le poisson du four quand la T°C est arrivée a 62°C ! (plus le poisson est petit, plus ça va vite…!)

les étapes :

Ceci est un REGAL, à l’ unanimité !

petits conseils du chef : il était parti une fois en vacances et avait ajouté des algues à la pâte, cela avait ajouté un petit goût iodé au poisson.

pour ceux qui ne le savaient pas: un poisson cuit doit être légèrement translucide. SI il est bien blanc c’est qu’il est trop cuit…

Le BOEUF MAFE :

ingrédients pour 4-5 personnes:

-500 g de viande  de boeuf

-gombo (200 à 300g)

-1oignon

-1 cube de bouillon de légumes (ici: kubor)

-sel, poivre

-ail: 3 gousses

-beurre de cacahuète (2 bonnes cuillères à soupe)

Recette:

Découper le gombo en fines rondelles.

Mettre la viande dans la marmite, et bien recouvrir d’eau (l’eau devra toujours recouvrir la viande, même après cuisson)

Ajouter le sel, le poivre et le cube de bouillon.

Laisser cuire 30-35 minutes, le temps que la viande cuise (elle doit être devenue assez tendre, et ne plus être rouge).

Ajouter l’oignon finement coupé, l’ail haché finement aussi, les rondelles de gombot, et éventuellement un piment et une aubergine africaine.

Laisser cuire 15 minutes. Ajouter le beurre de cacahuète, et mélanger énergiquement, pour que la préparation soit homogène. Laisser cuire à feu moyen pendant 20 minutes supplémentaires.

La texture est devenue onctueuse, un peu gluante, c’est prêt!

A déguster avec du riz blanc en accompagnement.

Les desserts:

La SALADE DE FRUITS DU CHEF : découpage en TRES petits morceaux : en lamelles d’abord, puis recoupe pour faire de tous petits cubes. C’est une technique longue et fastidieuse, mais le goût obtenu est très différents d’avec des gros morceaux.

Une participante constate : quand on mange les salades de fruit avec de gros morceaux, on a l’impression de croquer dans les fruits un par un et que les goûts ne se mélangent pas. Là, avec de tous petits morceaux, c’est le mélange en bouche qui est intéressant, et qui change tout !

Petite astuce : la sauce « naturelle » du chef : eau, menthe, citron, sucre » miam

Les étapes:

 

Le GATEAU CHOCOLAT CREME DE MARRON :

La recette:

          ingrédients: 

-1 boîte de crème de marrons de 500 g

-100 g de chocolat noir (fort de préférence)

– 50 g de beurre

– 3 gros oeufs

Faire fondre le chocolat et le beurre ensemble, y ajouter la crème de marrons, et mélanger. Ajouter les 3 jaunes d’oeuf. Battre les blancs en neige et les intégrer délicatement à notre mélange. Verser ensuite la préparation dans un moule à gateau, qui aura été préalablement chemisé (papier cuisson pour tapisser le fond du plat ou -comme ici- beurre et farine).

On met au four préchauffé à 180°C, et on laisse cuire 20 à 30 minutes, selon les fours.

Astuce: Le couteau ne doit pas ressortir trop sec, afin que le gateau reste fondant…

Autre astuce d’Isabelle: on peut mettre moins de crème de marrons, 350 g par exemple, et ajouter plus de chocolat, selon les préférences.

Les étapes:

 

Le repas : Nos invités sont le Mr le maire, l’élue à la santé, la directrice de la santé, la coordinatrice du CLS et de l’ASV, l’élu aux retraités, les responsables et directeurs des 3 centres sociaux, le responsable des sports, Léo notre éducateur sportif, les diététiciennes Solène et Isabelle, et bien sur, les participantes, transformées en cuisinières pour l’événement. En espérant n’avoir oublié personne!

En attendant les invités...

En attendant les invités…

Le repas est très convivial, il a lieu sur une grande table installée dans la salle principale du centre Ambroise Croizat.

Les participantes s’expriment en début de repas, encouragées par Isabelle :

Qu’est ce que les ateliers « Mangez Bougez, restez en bonne santé «  leur ont apporté ?

voici quelques réponses :

- quand j’étais en congés maternité, je devais tout le temps garder mes enfants, ça m’a coupé de ma vie sociale. D’aller à ces ateliers m’a fait beaucoup de bien.

-En 30 ans d’années vécues à Pierrefitte, je ne connaissais personne sur la ville…. avant ces ateliers. Ca m’a permis de connaître du monde, j’y ai trouvé beaucoup de bienveillance, une bonne ambiance.

Sinon, je n’aime vraiment, mais alors vraiment pas le sport, mais Léo (l’éducateur sportif du programme) a quand même réussi à me motiver.

-Quand je cuisine, je me dis « Ah oui, Isabelle m’a dit de faire comme ça », j’ai changé mes habitudes.

-J’ai beaucoup aimé l’atelier avec le Docteur sur le diabète et le cholestérol. C’est dommage que ça ait été trop court, je devais récupérer les enfants après, mais c’était vraiment intéressant et accessible.

-je suis diabétique et je fais de la dépression, tout le monde le sait. Ces ateliers m’ont énormément apporté.

L’importance du lien social créé en plus de ce qu’apportent ces ateliers est souligné par l’élue à la santé et Mr le maire.

Il y a eu beaucoup de remerciements pour les diététiciennes Solène et Isabelle, et Léo, l’éducateur sportif, a aussi eu droit à d’énergiques applaudissements.

Après l’effort, la vaisselle et le nettoyage, car toutes les bonnes choses ont une fin…

La vaisselle... parce qu'il faut bien s'y plonger

La vaisselle… parce qu’il faut bien s’y plonger